Interclubs CDS92 Doubs/Jura

Date
Du 16 avril 2022 au 18 avril 2022

Durée
9h45 - 6h - 8h - 6h - 6h - 9h30 - 3h - 2h

Type de sortie
Classique
Département
Doubs (25)

Massif
Jura

Commune
Montrond-le-Château

Photos







En voir +
Descriptif / Compte-rendu
CR de l'interclubs CDS92 dans le Doubs/Jura
Participants : Jef Balacey (ABIMES), Catherine Balacey (ABIMES), Hervé Lair (ABIMES), Jean-Paul Couturier (ABIMES), Loevan Michel (SGHS), Carine Enguerrand Mohammed (ABIMES), Yann Valette (ABIMES), Yves Singlas (ASTC), Sophie Corniquet (SCJ), Christophe Delattre (ASTC), Jean Charbonnel (ABIMES), Antoine Rouillard (ABIMES), Léna Johanson (ABIMES), Arthur Perrin (ABIMES), Vicki Moore (SCCM)

Samedi 16/04/2022

Grotte Baudin
Participants : LĂ©na (ABIMES), Yann (ABIMES), Carine (ABIMES)

[Yann]
Nous sommes le samedi 16 Avril, lors d'un interclubs CDS92 Ă  Montrond-le-Chateau. LĂ©na, Carine et moi partons pour la grotte Baudin avec comme objectif : le Tripode.

Nous arrivons à 9h30 à Nans-sous-Sainte-Anne, préparons les sacs puis partons vers le trou. Nous arrivons donc au départ de la via ferrata et prenons plusieurs chemins. Après 3 chemins différents et 1h plus tard nous arrivons devant le trou. Nous nous changeons et rentrons dans le trou à 11h. L'enfilade des chatières se passe très bien et rapidement nous arrivons dans la Salle Hope (à prononcer avec l'accent français pour ceux qui comme Arthur n'avait pas encore compris). Léna et Carine en tête nous allons au point bas de la salle, c'est un cul de sac. Je décide de remonter un peu pour chercher la suite. Après un premier test peu fructueux au fond d'une flaque, je trouve un peu après, une chatière. Ça gronde dedans et ça ne m'a pas l'air pas mal. Je pars chercher les filles ! Nous nous engageons dans le boyau et arrivons sur un P11. Léna en tête, je descends dans la foulée, puis Carine suit. Nous laissons un kit avec une corde de secours au cas où l'équipement en place soit à reprendre. Je repars allégé du kit et de sa corde... et de la planche topo de la zone du Tripode....

En bas du puits, Léna me dit : je ne comprends pas - à gauche, à droite et en dessous il n'y a rien ! Moi : t'as regardé dans le boyau juste là, à tes pieds, ça souffle fort et ça gronde bien.

LĂ©na part en tĂŞte dans un boyau peu confortable qui pourrait probablement faire penser Ă  un concasseur Ă  cailloux... Directement Ă  la sortie du boyau nous trouvons un P10 donnant sur le siphon terminal du Verneau.

Léna descend en première suivie de Carine, puis moi. Le puits se descend très bien. Pour ma part je n'avais jamais fait de pendule donc j’apprends sur le tas ! S'ensuit une main courante avec câble acier, ça se passe bien pour tout le monde sauf moi qui galère un peu au moment où la main courante remonte. Carine vient m'aider en plaçant sa pédale pour m'aider à monter.

Nous voilà dans la rivière, dans la Galerie des Marmites, superbe paysage où l'on voit la puissance de l'eau. Plusieurs mètres au-dessus de nous, il y a de l'écume de crue. Ça reste flippant de se dire qu'on peut être pris là-dedans... Nous continuons direction la Salle Nanette puis la Salle Fournier où nous nous arrêtons pour prendre une collation. Nous repartons et après un peu de recherche nous arrivons au passage de l'Oreille.

La suite se fait facilement, Salle Christian Devaux, Galerie des Blocs, la Plage puis la Salle des Momies. Là c'est plus compliqué, nous arrivons à une mare où une main courante au plafond s'enfonce dans l'eau........ La suite serait plutôt par-là d'après le descriptif, mais imposerait une immersion intégrale. Nous hésitons. Une corde amenant à une galerie fossile en diaclase sur le côté gauche offre une alternative plus attirante. Nous la prenons et au bout il y a un puits descendant que nous pensions être le Puits du Ballot. On y va, nous arrivons dans une grande galerie que nous prenons. Ça part mal. Après une centaine de mètres dedans nous arrivons dans de la boue bien amoureuse où l'on s'enfonce jusqu'aux cuisses. Léna y va et renonce. Moi pareil. En revanche nous avons une courageuse : Carine qui, elle, continue jusqu'à rester bloquée. Nous allons à son secours. La pauvre était enfoncée jusqu'au bassin ! Par chance, dans son malheur, à l'aplomb de Carine, se trouve l'unique "trou" de la paroi. Je passe donc ma pédale dedans et Carine se met dessus, mais il n'y a pas assez de poids sur le balancier pour la dégager. Léna vient aussi se longer à la pédale. Carine s'arrache enfin de la boue et fait très vite demi-tour!
Nous pensons avoir fait un tour dans la Galerie des Aiguilles.

Nous reprenons la galerie en sens inverse puis tentons l'autre côté du bas du puits précédemment descendu. Nous arrivons sur une espèce de lac où la corde vue précédemment ressort du l’eau…. Nous cherchons à comprendre où nous sommes et où il faut aller. Nous comprenons alors que nous ne pouvons pas aller plus loin à moins de traverser le lac de boue à la nage...

C'est quand même le cœur lourd et après moult péripéties que nous faisons demi-tour... Au retour tout se passe bien. Nous finissons les sandwichs dans la rivière et reprenons le chemin de la sortie.

Tout aurait pu bien se passer mais non. Au milieu de la main courante sur un des derniers endroits où il y a une petite place je décide de boire l'eau qu'il me reste. En voulant prendre la bouteille je m’aperçois que mon pantin est toujours accroché à mon minikit, je le mets et bois un coup. Je continue et je m'engage sur la corde pour remonter. Bon... mon départ a été "violent" : je n'ai pas lâché la corde en douceur... Moi qui ne suis toujours pas fan de la progression sur corde, ça fait très drôle de tourner sur soi-même en se balançant au-dessus du vide... Je remonte le puits, me contorsionne pour m'asseoir sur le bord du puits pour reprendre le boyau, reprends le kit laissé à l'aller, et pars dans le boyau. A la sortie, je m'arrête pour attendre la suivante et j'ai la douloureuse vision de l'absence de mon minikit sur mon porte matos droit... Carine et Léna sortent. Je leur demande si elles ne l'ont pas vu dans le boyau : non, pourquoi ? Bah je l'avais à la ceinture sur la vire. Carine: je t'ai regardé monter tout du long et je n'ai rien vu tomber ! Bon bah adieu petit sac je t'aimais bien...

Nous continuons vers la sortie. Je suis toujours en tête. Arrivé en bas de la salle Hope, Lena me dit qu'elle a besoin de sortir, elle repart seule vers le jour. J'attends que Carine passe la tête hors de la chatière mais après plusieurs minutes personne ne vient... Bizarre tout ça, je m'engage dans la chatière en gueulant, j'arrive au puits intermédiaire et j'en descends la moitié, gueule et... pas de réponse. Une conversion plus tard me revoilà en haut du puits. Je gueule et toujours personne; je ressors, je gueule et je n'entends toujours pas de réponse, je me dis que j'ai peut-être raté un épisode. Je prends le kit et fonce vers le boyau de sortie - toujours personne, je largue le kit à l'entrée du boyau et demi-tour. J'arrive dans la Salle Hope et là OUF retour de Carine qui m'explique qu'elle n'a pas vu le scotch light et a continué tout droit. La salle Hope porte bien son nom. Nous repartons tous deux vers la sortie soulagés. Nous sortons quand le soleil se couche à 20h45. C'était sympa ! Léna qui attendait dehors depuis presque 1h s'est elle aussi inquiétée de la durée de notre absence et se préparait à retourner dans l'trou !!

Nous arrivons au gite en bons derniers... Tout le monde avait déjà pris l'apéro et mangé les délicieuses pâtes carbo faites par Cath'.

Une mission de sauvetage de mon minikit a été entreprise par l'équipe du dimanche pour Baudin. Ils sont revenus bredouille.... logique.
Après un avis de recherche lancé sur un célèbre réseau social, une personne qui a probablement fait une traversée l'a récupéré le dimanche. A l'heure où j'écris ces lignes des bières et un bon Mondial Relay sont en route pour le Doubs !! Le minikit aura droit à une personnalisation pour que je me rappelle de cette histoire !!
[/Yann]

TPST : 9h45



Borne aux Cassots
Participants : Jef Balacey (ABIMES), Catherine Balacey (ABIMES), Hervé Lair (ABIMES), Loevan Michel (SGHS), Yves Singlas (ASTC), Sophie Corniquet (SCJ), Christophe Delattre (ASTC), Arthur Perrin (ABIMES)

[Yves]
Un interclub au complet vu que les ASTC présents sont aussi T&E ; même un inter-CDS avec Sophie du SJC et Vicki du SCCM !
C'est en arrivant sur le parking que l'on s'aperçoit qu'on a oublié cordes et amarrages. Cela arrive parfois quand on est nombreux et enthousiastes. Bon, on avisera. Après un bain rafraichissant près de l'entrée, on atteint les grandes galeries, montagnes russes avec la progression sur blocs. Merci à la belle petite galerie en dentelle creusée en dissolution qui permet de shunter deux très grands éboulis (pour ceux qui ne la loupent pas...).
A la cascade de 6 m, le manque de corde se fait sentir. Donc demi-tour de l'équipe Catherine, Jef et Hervé, c'est un peu trop casse-gueule pour eux. Retour tranquille, sortie une heure avant la deuxième équipe.
Passage de la cascade de 6 m soit Ă  gauche (en rive droite) debout, soit Ă  droite (en rive gauche !) Ă  4 pattes.
Arrêt au fond de la Galerie du bénitier, quelques petites excentriques et fleurs de gypse, et passage dans la Galerie du Gypse et Galerie de la Neige.
Sur le retour on cherche et regarde le bois fossilisé au plafond que l'on avait raté à l'aller.
[/Yves]

[Arthur]
Très belle grotte, de beaux volumes, une belle rivière et une entrée qui fait penser à un cavage de carrière (les murs en pierres sèches dans la galerie d'entrée font penser à une hague ça n'aide pas non plus).
Le demi-tour en haut du puits qui fait suite à la Galerie de la Neige laisse comme un goût de trop peu, il faudra revenir !
[/Arthur]
TPST : 6h





Gouffre du Bief Bousset :
Participants : Jean-Paul Couturier (ABIMES), Jean Charbonnel (ABIMES), Vicki Moore (SCCM)

[Vicki]
Jean-Paul équipe pour qu'on avance le plus vite possible. Objectif: vérifier que les cordes étaient en place dans le dernier puits pour accéder au collecteur - objectif atteint. Au retour, Jean glisse dans le méandre et se blesse au niveau du genou ; il fera quand-même la sortie sur ses propres moyens. Pour moi (Vicki), c'était une occasion agréable de refaire le Bief et son méandre, qui je trouve très beau, même si le kit n'est pas commode à trimbaler.
[/Vicki]
TPST = 8h

Dimanche 17/04/2022

Borne aux Cassots
Participants : Jean-Paul Couturier (ABIMES), Antoine Rouillard (ABIMES), LĂ©na Johanson (ABIMES), Vicki Moore (SCCM)

Tout s’est bien passé, mêmes objectifs que l’équipe de la veille, pas de blessés.

TPST : 6h


Grotte Baudin
Participants : Loevan Michel (SGHS), Yves Singlas (ASTC), Sophie Corniquet (SCJ), Christophe Delattre (ASTC)

TPST : 6h


Gouffre du Bief Bousset
Participants : Carine Enguerrand Mohammed (ABIMES), Yann Valette (ABIMES), Arthur Perrin (ABIMES)

[Yann]
Carine, Arthur et moi avons décidé d'aller au Bief Bousset préalablement équipé la veille par Vicki, JPC et Jean, objectif : les Patafouins. Arthur a chargé les 3 néoprènes dans un seul kit et gèrera ce kit volumineux toute la sortie. Les voitures et les cordes que nos camarades avaient vu la veille sont toujours en place.

Il est 11h quand nous nous engouffrons dans le méandre en tête du 1er puits et que je m’aperçois que ma pédale est restée sur le parking... Demi-tour pour moi pendant que les autres descendent le premier puits... Après les avoir rejoins, nous avançons sans embûche jusqu'à la charnière, puis les ressauts et le P10. Direction la "Salle de la Décantation" (où nous avions rebroussé chemin la dernière fois en décembre dernier), puis nous nous engageons dans le début du méandre jusqu'au l'ex-siphon 1 où les galères commencent. Il reste 280m de méandre avant la "Salle Machin". Carine ne se sent pas à l'aise dans ce genre de situation et nous restons proches d'elle pour l'encourager et l'accompagner dans les passages acrobatiques. Pour ma part je traine le kit bouffe et la fatigue commence à se faire sentir. Première pause "Salle des Paumés", il reste 140m avant la "Salle Machin".... Passage au-dessus de l'ex-siphon 2 puis nous entrons enfin dans la "Salle Machin", nous avons mis 3h à y arriver. On effectue la pause déjeuner et une grande discussion se lance entre nous pour savoir quoi faire pour la suite de la sortie. Pour ma part la fatigue est très présente. Arthur tente de me motiver à aller en bas des puits mais non, trop claqué. Je me monte un point chaud avec mon casque en guise d'oreiller, pendant que Carine et Arthur partent pour de nouvelles aventures avec pour objectif d'aller jusqu'au siphon et de revenir en moins de 2h, moi je fais la sieste !
[/Yann]

[Arthur]
Passé un petit ramping, on se rend compte que l'on a fait la pause déjeuner dans un petit réduit qui précède la "Salle Machin" (qui s’appellerait "Salle Gérard" selon une topo des parents de Yann, est-ce une dénomination officielle ?). Pas mal de 4 pattes et de ramping avant d'arriver aux puits, la corde en fixe est en bon état, mais elle a du mal à passer dans le descendeur. Certaines têtes de puits doivent se négocier en se glissant un peu en biais et on arrive en haut du dernier puits, reconnaissable à sa petite culotte en dentelle accrochée à l'un des amarrages. Lorsque j'avais fait la traversée en 2020on m'avait expliqué que cela avait un rapport avec des sirènes qui attendraient les explorateurs spéléo plus loin dans le collecteur. Arrivés en bas des puits, les pieds dans l'eau et sans avoir enfilé les néoprènes, on se rend compte qu'il est déjà l'heure de rebrousser chemin. Nous sommes à la confluence avec l'affluent Eugène-Marie et pour aller plus loin il aurait fallu se mouiller plus que de raison. Nous n'avions pas mis les néoprènes dans la "Salle Machin", comme cela est conseillé, de peur de trop chauffer (à juste titre). Mais on notera pour la prochaine fois qu'en équipe réduite (2-3) il semble possible de se vêtir de ses habits de lumière sur le palier précédant le dernier ressaut.
15h30 on entame la remontée, 16h on sort des puits 16h15 on rejoint Yann, les néoprènes auront fait un tour jusqu'en bas pour le plaisir.
[/Arthur]

[Yann]
2h après, du bruit se fait entendre dans la chatière où se trouve la suite, sur le coup je pense à des bruits d'eau... Mais non, soudain j'entends nettement le bruit d'un kit poussé. Ma somnolence s'arrête, et je pars à la rencontre de mes 2 compères et en profite pour jeter un œil à la vraie "Salle Machin"..... Une pause s'impose pour eux pendant que je remballe mon point chaud (merci à tous pour le prêt du matos suite à la mésaventure de mon minikit la veille à Baudin). On prend une autre collation puis nous repartons vers la sortie. Puisque le kit de bouffe est vide, Arthur équilibre le poids des kits en me donnant ma néop' et en récupérant des bouteilles vides et nous repartons vers la sortie. Sur conseil de JPC la veille, on laissera la corde de 6m au niveau du shunt du siphon 2 car la corde à nœuds en place est vraiment en mauvais état. Le rythme est soutenu, j'ai un regain d'énergie mais mon humeur commence à changer en fin de méandre. Le kit c'est comme un gosse mal éduqué : il n'en fait qu'à sa tête !! Bon va falloir bosser tout ça. Je décide de déséquiper le trou équipé en double, Carine part en tête vers la voiture pendant qu'Arthur me donne de précieux conseils. 1h après, à 20h30, nous somme dehors et pour la 2ème fois du WE, arrivons en bon derniers au gite où tout le monde attend que je démarre la burger party!!

Bref pour ma part ça a été formateur comme sortie malgré que je ne sois pas allé aux Patafouins... Encore une fois... Bief Bousset on va s'revoir!
[/Yann]

TPST : 9h30



Grotte des Cavottes et Gouffre des Ordons
Participants : Jef Balacey (ABIMES), Catherine Balacey (ABIMES), Hervé Lair (ABIMES)

[Jef]
Gouffre des Ordons :
Cat et Hervé n'étant pas chaud pour Baudin, Jef se dévoue et, comme Hervé ne connait pas les Ordons, on part pour une visite touristique. Rien à signaler, c'est toujours aussi beau.

TPST : 3h

Grottes des Cavottes :
L'objectif était d'aller voir la salle du gypse mais, Murphy étant partout, on a pas les bonnes indications et on visite un autre diverticule, peu fréquenté vu les mono spits anciens, à revoir. On en profite pour tester la tyrolienne. Bref, une journée peinard.
[/Jef]

TPST : 2h


Lundi 18/04/2022

Via Ferrata des Baumes du Verneau
Participants : Yves Singlas (ASTC), Sophie Corniquet (SCJ), Christophe Delattre (ASTC), LĂ©na Johanson (ABIMES), Arthur Perrin (ABIMES)

Via Ferrata par les itinéraires difficiles et extrêmement difficile
Passage à la résurgence du Verneau sur le retour pour la visite et pour voir si l'on n'aperçoit pas un minikit qui flotte.



Randonnée à Montmahoux
Participants : Jef Balacey (ABIMES), Catherine Balacey (ABIMES), Hervé Lair (ABIMES), Jean-Paul Couturier (ABIMES), Loevan Michel (SGHS), Carine Enguerrand Mohammed (ABIMES), Yann Valette (ABIMES), Vicki Moore (SCCM)

Sur idée de Yann, nous partons de Nans sous Sainte Anne pour le belvédère situé au-dessus de Montmahoux. La pente est raide et le dénivelé important : 462 m ! Mais la vue est belle, on voit le Mont Blanc.

Fin
Le WE se termine par le lavage du matériel dans le Lison, un raid sur la fromagerie de Nans et une bière au soleil en terrasse.



Participants

Catherine B. , Jean-Francois B. , Jean C. , Jean-Paul C. , Carine E. , Lena J. , Hervé L. , Arthur P. , Antoine R. , Yann V.

Commentaires

Pas de commentaires