Neuvon (pas le fond)

Date
14 juillet 2018

Durée
10h

Type de sortie
Classique
Département
Côte d'or (21)

Massif


Commune

Descriptif / Compte-rendu
Le but officiel de la sortie était de profiter de l’équipement du Neuvon par l’équipe « du fond » pour visiter cette grotte de manière plus paisible, avec comme objectif d’aller jusqu’à la salle du Putsch, voire jusqu’à la salle de la cascade. Officieusement, depuis le temps que Véro nous parlait de la maison de sa famille dans le secteur, nous avions surtout envie de voir si elle était aussi accueillante que le récit qui en avait été fait !

Elisa, Arthur et Thomas partent le vendredi soir du local, avec un petit crochet pour récupérer les bottes d’Elisa, qui étonnamment n’avait pas envie de faire le Neuvon en tongs.

Après avoir récupéré Vero sur le parking de la gare de Chilly-Mazarin, la route se fait plutôt bien pour un week-end de départ en vacances et l’arrivée à Pellerey n’est pas trop tardive. Nous réveillons Rémy (« non, non, je me reposais juste les yeux »), arrivé entre-temps, et passons la nuit dans la maison de Véro, effectivement très sympa !

Le samedi matin, ayant été prévenus par l’équipe du fond qu’ils étaient arrivés à l’entrée de la grotte à 7h30, nous nous mettons en marche. Histoire de leur laisser un peu d’avance, nous y allons un tout petit peu plus tard… Rémy ouvre la marche pour le groupe en entrant dans la grotte à 11h40.

Arrivés au pied du puit vers 14h sans difficultés particulières – les multiples râlements d’Elisa contre l’équipement de la grotte ne comptent pas comme une difficulté (elisa : c’pas vrai ! C’est à la remontée que j’ai râlé !) – nous commençons par aller voir les griffades d’ours, puis faisons une pause déjeuner avant de continuer la progression vers 15h. Quelques hésitations plus tard (descendeur, pas descendeur ? Descendeur !) nous arrivons à l’Oasis.

Là, poussés par notre curiosité naturelle – mais également par un manque de lucidité certain sur la topo de la grotte – nous ne prenons pas la galerie de l’as de pique mais poussons vers l’affluent de l’Oasis jusqu’au siphon. Après ce moment de bonheur pour ceux et celles dont la progression sur margelle n’est pas l’activité préférée, nous rebroussons chemin jusqu’à l’Oasis et reprenons le cheminement normal.

Arrivés à l’Avalanche, pendant que le reste du groupe se repose, Arthur et Remy explorent les galeries qui conduisent jusqu’au boyau des billes, mais ils sont rapidement bloqués par le niveau de l’eau.

Vers 18h30, arrivés à mi-chemin entre l’Avalanche et la salle du Putsch, nous décidons de stopper la progression et de rebrousser chemin, histoire de garder un peu d’énergie pour remonter les puits.
La remontée est amorcée par Rémy, qui confirme qu’il est le plus physiquement intelligent d’entre nous en l’effectuant sans pantin. Thomas, poussé soit par une pointe de jalousie, soit par un désir soudain de s’alléger un peu, décide lui aussi de prendre un handicap en lâchant sa poignée en cours de montée. Heureusement, Arthur peut faire une conversion, la récupérer intacte au pied du puit et la lui faire passer pour que la montée se déroule normalement. Le dernier membre de notre groupe sort de la grotte à 21h40, 10 heures après notre entrée.

La soirée à thème « repas vegan / bière / vin rouge » nous permet de récupérer un peu, le niveau de CO2 dans les galeries nous ayant tout de même un peu calmés.

Le lendemain est occupé par le nettoyage du matériel – et c’est là que le luxe absolu de la maison de Véro se révèle : un petit ruisseau court dans le jardin, traversé d’une passerelle qui offre un point de nettoyage parfait pour deux personnes, à 5m de la table du petit déjeuner…

Rémy nous quitte pour aller profiter de l’ambiance parisienne lors de la finale de la coupe du monde – et accessoirement pour aller prendre son train – pendant que le reste du groupe participe à un barbecue somptueux avec le groupe « du fond » et rentre ensuite pendant ladite finale, sur une autoroute quasi-déserte !

Bilan de la sortie : notre groupe était très sympa, très cohérent et nous avons du coup plusieurs projets à venir (Gournier ? la Belgique ?). Et en plus la maison de Véro a tenu ses promesses !


Participants

VĂ©ronique B. , Thomas C. , Elisa L. , Arthur P.

Commentaires

Pas de commentaires